Moktoipas

Saga de l'été , Vendredi, Randonnée Familliale

Quand j'étais plus jeune, je me souviensque j'avais fait la randonnée du Parmelan sur les hauteurs d'Annecy. Mais il y avait du brouillard, on n'avait rien vu.

J'avais décidé de le refaire, adulte cette fois, histoire de vraiment m'en souvenir cette fois. J'ai donc fait deux trois recherches et j'ai montré à Fab.

J'ai trouvé l'emplacement du parking, le tracé du trajet, des explications. Donc on voit qu'il y a 660m de dénivelé. Bon certes on se doute bien que c'est haut mais ça ne nous a pas paru infaisable surtout que ce site apparaît dans google sous le titre "Le Parmelan - Randonnées pédestres familiales en Haute Savoie". On a lu la page, effectivement il y a un passage difficile et qui est vertigineux (pardon "très aérien"), mais on peut utiliser une autre chemin, qui lui ne fait pas peur, même si il est plus long. Donc on a supposé que la mention "difficile" de cette randonnée était due à cette portion de chemin.
Un second site nous dit "La randonnée incontournable des Annéciens le dimanche. Très bien pour commencer la saison sans trop se fatiguer.".
Et enfin, Wikipedia dit "une randonnée classique pour les Anneciens" "le chemin est aisé, même pour les enfants.".

Donc toutes ces infos cumulées, plus mes souvenirs (je me souviens pas de difficultés particulières), on a décidé de le faire, en sachant que ça ne serait pas facile, mais que même deux mecs pas entraînés comme nous doivent pouvoir le faire.

C'est parti !
Bref, on a bien tout préparé nos affaires, godasses, bouffe, boissons, sac à dos, et on s'est levé tôt.
A 9h30 du matin, on était sur le parking. A 9h50, on entame la montée. Et là, c'est le drame.

falaise
Vu d'ici, le sommet nous semble inatteignable.
Dès le début de la montée, à la sortie du parking, le chemin est très raide et en 10 mètres on a déjà mal au mollet. Il ne faisait que 16° mais on n'a pas eu froid longtemps. En fait, au bout de 100 mètres on était déjà claqués, on avait chaud, et Fab commençait déjà à me maudire. Le chemin était tout à fait praticable, mais la pente est vraiment forte.

J'ai pas pris de photo pendant la montée, donc les photos que je vous mets, je les ai prises pendant la descente.

Après de rapides calculs grâce à Google Earth, la pente de la randonnée doit être à plus de 10% en moyenne.
Pendant la première demie heure, j'ai cru que Fab allait me jeter du haut du chemin tellement ses yeux lançaient des éclairs :D. J'ai tenté de faire diversion en lui montrant que même si c'était dur, c'était quand même beau. Mais le remède était pire que le mal en fait. Mon Schtroumpf grognon ne voulait pas parler certes, mais pas écouter non plus. Quand je dis parler, je parle pas de faire que parler, mais bon une phrase ou une remarque par çi par la, ça permet de voir des trucs qu'on n'avait pas vu et aussi de s'encourager.

Bref l'ambiance était tendue, je savais même pas si Fab voudrait continuer jusqu'au sommet ou si il préférerait abandonner en chemin, surtout que j'avais jeté un œil discret au GPS et que je voyais bien qu'à 1300m on était encore TRÈS loin du sommet, à 1832...

loin
Le sommet. On devait etre à mi chemin de la descente je pense.
Donc j'ai respecté son souhait, on a monté en silence, de temps en temps, je lui demandais si ça allait.

On n'était pas tout seul sur le chemin, on s'est fait doublé par plusieurs personnes qui montaient, mais on a réussi à doubler un vieil homme qui montait lentement mais sûrement.

Au bout de 45 minutes, Fab commençait à aller mieux, même si il avait très chaud. Moi aussi d'ailleurs, mais lui transpire beaucoup plus. On était tout froid au niveau de la peau, mais on mourrait de chaud quand même. Quand Fab a dit "Tu me l'a bien vendue ta randonnée familiale", j'ai compris que ça allait mieux et que les éclairs dans les yeux étaient partis.
Moi j'avais plus du tout mal au mollets, il devaient être bien chauds et mon sang devait être une soupe d'endorphines.

On avait étudié un peu le trajet.
Le premier tiers de la randonnée se fait dans la forêt, le second au pied de la falaise (pour la contourner), le troisième sur le plateau de pierre qui mène au sommet.
En montant dans la forêt, on s'est dit que la partie sous la falaise était probablement moins pentue.
pente
C'est vachement pentu hein, je ments pas.
falaise
Au pied de la falaise.
Sauf que quand on y est parvenu, on a compris que le chemin est plat... en moyenne... car en fait, il descend un peu avant de remonter ><.

Cette partie a été difficile pour plusieurs raisons. Déjà, la descente, ça nous a vachement refroidi, d'autant plus qu'il n'y a pas de soleil sur ce versant le matin. De plus, c'est pas très motivant de descendre car on est encore loin du sommet et ça fera une montée lors de la descente. Et pour finir, cette partie du chemin est vraiment vertigineuse. Le vide sur ma gauche est vraiment très en pente, probablement plus de 100%.
Quand j'y étais passé petit, je n'avais pas eu peur, il y avait un brouillard énorme. Mais cette fois ci, c'était vraiment pas facile, plus on avançait plus je penchais du côté droit. Heureusement on avait prit des barres de céréales ça m'a un peu requinqué, même si on s'est encore fait doubler par quelqu'un. :D

Ensuite, on atteint, après une bonne petite montée, le plateau.
plateau
Le plateau calcaire, vu depuis (presque) le sommet.
refuge
On y est presque !
Enfin plateau, il faut le dire vite, vu qu'il n'est pas vraiment plat!! Le type de chemin change complètement, on marche sur des grosses pierres bien lisses. Heureusement nos chaussures accrochent bien. Mais la montée, bien que moins forte que dans la forêt est quand même fatigante, d'autant plus qu'entre deux nuages, le soleil commence à taper.

On voit bien qu'on approche du sommet, mais c'est encore loin. Le refuge est en vue, mais looiiinn. Et pour l'atteindre, la dernière montée est vraiment très dure.

Tout a coup, un bout de toit tout proche de nous.

Ça y est, on est en haut.
Il y a un peu de vent, il ne fait ni chaud ni froid. Fabrice a fait sécher son tshirt en prévision de la descente. On a pris notre temps pour manger, pour faire des photos.
panoramique
Vue depuis le sommet. Le Mont Veyrier, Annecy et un bout de son lac et le Semnoz
vue
L'autre vallée visible depuis le haut de la falaise.
vue
La crête vue depuis... ben la crête
On est arrivé au sommet à 12h25, il nous a donc fallu 2h35 pour monter... On n'a pas été terribles...

Avant de redescendre, on est passé au refuge, pour manger une tarte au myrtilles et boire un coup, car on était un peu ric-rac niveau boisson.

C'est re-parti!
A 14h25, deux heures après notre arrivée au sommet, on prend le chemin de la descente. C'est amusant en montagne, on dit bonjour au gens qu'on croise. Dire "bonjour" à ceux qui montent en pensant "Vous y êtes presque, mais il reste le plus dur" est vraiment très amusant. Le vieux qu'on avait doublé au début de la randonnée est parti du sommet un peu avant nous. On l'a doublé sur le plateau calcaire.

Pendant la descente on a même été doublé par un mec et par une fille qui descendaient... en courant !!

La descente est beaucoup moins difficile que la montée. On a un peu moins chaud et surtout musculairement, c'est plus facile. En revanche, c'est assez douloureux. Ça fait vachement mal aux articulations, je sentais tellement mes rotules que j'avais l'impression d'être un poupée barbie

Comme toujours, j'ai eu moins peur pendant la descente que pendant la montée. Mais bon on commençait à en avoir un peu marre. On n'a pas été très rapides en descente non plus, deux heures...

On n'a fait aucune chute. On a fait attention, on est conscient de notre niveau et on avait pris des bonnes godasses. Cependant, dans les derniers mètres, on a tous les deux failli se vautrer à cause de petits cailloux sur un sol poussiéreux.

VOITUUUURE. On a été bien content de la retrouver. On a remis nos chaussures de ville. Enfin on a essayé. Fab a été pris de grosses crampes aux adducteurs en essayant de mettre ses chaussures. Probablement à cause du fait qu'il a perdu beaucoup d'eau en transpirant. J'ai bien essayé de lui mettre ses chaussures, mais c'est vraiment pas facile! Du coup on a du attendre une dizaine de minutes avant de pouvoir partir.

Comme on était claqués, on est passé vite fait a Annecy pour récupérer nos billets pour le spectacle du lendemain, ensuite maison... Repos. Heureusement la journée du lendemain était calme, on avait prévu le coup. Et on craignait les courbatures.

Découvrez toute ma saga de l'été 2012:
Épisode 1: Saga de l'été , Mardi et mercredi, Safari en ville.
Épisode 2: Saga de l'été , Jeudi, Là haut sur la montagne.
Épisode 3: Saga de l'été , Vendredi, Randonnée Familliale
Épisode 4: Saga de l'été , Samedi, Semnoz et Fête du Lac
Épisode 5: Saga de l'été , Dimanche, Enfin du plat.
Épisode 6: Saga de l'été , Lundi, Ça va être tout noir.
Ca donne envie de la faire cette petite rando familiale !! Pôv' Fab, mdr (ça va vous êtes toujours ensemble !!??) ! Tu crois que je pourrais avec des baskets "lisses" qui ont un peu de talons ???
Ben une fois qu'on était en haut il était content :)

Il faut absolument des godasses qui accrochent. Si on avait eu des godasses pourries, on se serait vautré au moins une fois chacun....
En plus, c'est la zone là-haut. Même pas un Quick pour te reconforter !
Attention !!

Vous allez commenter en tant qu'invité.

Si vous avez un compte Connectez-vous
I
S
G
Lien
Citation
Petit
Image